A propos de l'EEC
Réflexion sur  l’aumônerie scolaire
« L’Aumônerie, c’est une leçon de caractère »
Avoir au moins un enfant reste et demeure une grâce pour tout homme (Gen : 4/1). Mais le rôle de parents ne s’arrête pas à la procréation.

Le plan de Dieu est un impératif : « instruis l’enfant selon la voie qu’il doit suivre et quand il sera grand, il ne s’en détournera pas » (Prov : 22/6). Pour CHEIK Hamidou KANE, « nos champs les plus chers, nos graines les plus chères, ce sont nos enfants ». C’est dire combien les enfants constituent partout une préoccupation pour la société. Ensemble, ils forment la jeunesse que les hommes politiques qualifient de « fer de lance de la nation ». La crise économique et la mondialisation ont profondément bouleversé les structures sociales. Chaque enfant aujourd’hui voudrait devenir son propre professeur, son propre éducateur. Il a la prétention de devenir adulte par lui-même par la désinvolture et la violence. Ni l’échelle des valeurs, ni les valeurs morales  n’existent pour eux. Face à la situation, les Eglises s’adonnent à la recherche. Recherche de formules qui puissent permettre de veiller, de surveiller, de modeler jour après jour la santé morale et spirituelle de la jeunesse, le futur vivant de notre pays.

EWAN Dennis
Principal Collège Elie Allégret / Mbouo

L’Eglise Evangélique du Cameroun (EEC) est de celles-là, qui se préoccupent des problèmes de la Jeunesse.  Elle se déploie partout où le besoin se fait sentir. Il existe un Département de Jeunesse en son sein. Elle a aussi mis en place un  Service d’Aumônerie Nationale. Le souci de l’EEC, c’est une présence évangélique permanente dans les institutions scolaires. L’aumônerie scolaire, pour la formation morale et spirituelle des jeunes en milieu scolaire, un vrai sacerdoce. Ces hommes et ces femmes, généralement Pasteurs consacrés, sont des témoins de l’Evangile, des prototypes de la volonté de Dieu, en actes et en paroles. Ils doivent, sans équivoque, enseigner la Parole de Dieu aux enfants, leur donner des repères.  Quel sera donc le contenu de cet enseignement, parlant de l’Aumônerie des Lycées et Collèges ? Il faut avant tout connaître le milieu et l’habitant. Dans ce milieu apparemment béat, il se passe beaucoup de choses. Les jeunes ont des préoccupations nombreuses. La mondialisation, l’ouverture et l’étalage des voies de communication sévissent.

Les Jeunes d’aujourd’hui ont besoin de savoir, comprendre, découvrir, prendre des initiatives, décider…. ils ont besoin de dénoncer, crier attaquer, refuser, anéantir… ; ils ont besoin d’être libres. Mais comment, dans un monde où tout leur échappe ? C’est l’occasion d’évoquer le travail des aumôniers. Ceux-ci sont auprès d’eux et tentent, par un encadrement spirituel de leur prêter une oreille attentive. Il s’avère que leur enseignement est inadapté ou pas assez profond pour pouvoir les ébranler et les sortir d’un questionnement sans fin. D’ailleurs d’aucuns manquent de temps matériel pour s’en occuper.    C’est pourquoi l’Aumônerie scolaire, à notre humble avis, doit être désormais définie comme une initiative aux valeurs éthiques fondées sur l’Evangile. Autrement dit, c’est un encadrement spirituel inspiré de la Parole de Dieu. Il permet à un enfant de grandir dans une atmosphère d’humilité, de respect, de confiance, de justice, de vérité, d’amour, de loyauté et d’espérance entretenue par l’adoration et la prière. Il ne s’agit pas d’un enseignement doctrinal.
C’est une réflexion, une quête, une tentative d’application des plans et exigences de Dieu pour les hommes et le monde.. Elle doit compléter, relier et ennoblir tout  l’apprentissage reçu afin de développer dans l’homme  d’avenir un cœur, une intelligence, une conscience. Les enseignants et les aumôniers, on peut le dire forment un tout dont le rôle essentiel est de faire de chaque enfant, un homme et/ou un citoyen spirituellement et moralement honnête. Aussi doivent-ils les rapprocher et insister tant sur les valeurs spirituelles œcuméniques que sur les dogmes qui divisent. Il s’agit d’apprendre aux enfants comment faire des efforts pour « vivre ensemble ». Car plus tard dans leur existence, ils distingueront dans la société « le bas et le vil », de « la noblesse et la générosité » et du « travail bien accompli ».    L’aumônerie est une leçon du cœur, ce  qui ne vient pas du cœur ne peut pas aller au cœur.
L’Aumônerie, c’est une leçon du caractère ; conduire les enfants à quelques réformes pratiques, leur apprendre un savoir-faire, un savoir être,  un savoir espérer , un savoir vivre, un vouloir être, un vouloir faire et un vouloir vivre ensemble. Former ou reformer une âme libre n’est pas l’œuvre d’un jour. Il demande beaucoup de temps. Aussi convient-il de s’exercer des cas pratiques visant sur les comportements, les habitudes et les attitudes. L’Aumônerie, enfin, est une leçon de l’âme. Ce ministère ne pourra avoir de valeur que s’il fait vibrer les grandes cordes de l’âme par son inspiration de la Parole de Dieu. Son unité doit avoir la force d’une doctrine qui anime et organise la pensée, le sentiment et l’action. Certes, comme toute œuvre humaine, l’Aumônerie scolaire est fragile et reste menacée par les mutations sociales. Nous comptons sur l’esprit de créativité des Aumôniers, principaux acteurs de ce ministère. Leur efficacité et leur crédibilité donnent à l’EEC d’espérer. Former la Jeunesse d’aujourd’hui, c’est construire l’Eglise de demain.

EWAN Dennis
Principal Collège Elie Allégret / Mbouo





 
DEC
L’EEC à l’heure du recentrage spirituel
Le 52è Synode Général de l’EEC à Mbanga en 2007 a marqué un tournant décisif dans la vie spirituelle de l’Eglise.

En effet, à cette grande occasion l’Eglise a renoué ouvertement avec la mission. L’évangélisation est depuis lors sortie de l’ornière, du maquis comme qui dirait. Dorénavant il était permis de parler évangélisation sans passer pour un adepte d’une secte quelconque. L’évangélisation va bon train depuis que le Directeur de l’éducation chrétienne notamment la commission nationale d’évangélisation, mission et réveil & éveil s’attèle  à ce que chaque paroisse soit un véritable pôle d’évangélisation dans sa zone. Le projet : un million de nouveaux chrétiens d’ici 2010, mis sur pied depuis 2008 suit son bon homme de chemin. Pour ce faire deux personnes doivent se mettre ensemble pour convertir une personne à Christ.

Pour y arriver un certain nombre d’activités sont mises en place telles que : la cyber mission ou l’évangélisation à travers l’outil internet, désormais incontournable à l’heure des Nouvelles technologies de la communication et de l’information. L’organisation des concerts de musique, festival pentecôte, la distribution des traités lors des grandes fêtes, dîner évangélique, cabaret chrétien, publication d’un calendrier biblique pour encourager les fidèles à lire la bible au quotidien et la campagne d’évangélisation. Justement parlant de campagne, le 06 février dernier a eu lieu au stade annexe omnisport de Bépanda à Douala, une campagne d’évangélisation qui impliquait les paroisses EEC de Bépanda Omnisport, New Deido et Grand Moulin. Déjà le matin, une équipe de la DEC a sillonné le grand quartier omnisport pour une évangélisation porte à porte dans le but aussi d’inviter les populations environnantes à la projection cinématographique  dans la soirée.

Le film projeté était intitulé « Jésus, la solution ». Un célèbre film chrétien ivoirien  qui a conduit de manière concrète environ 800 personnes au cœur des méandres de la tradition africaine notamment avec la problématique du canaris protecteur  très répandu dans nos us et coutumes. Les adeptes de la protection à travers la foret, fleuves et autres sacrés étaient servis. Le jeune Atta, voulant sauvegarder son avenir très promoteur se rend au village pour une séance de « protection » en compagnie de sa femme. Il s’endette pour nourrir  tout le village et a une confiance totale envers le célébrissime marabout Nato et ses grands pouvoirs. Mal lui en a pris, malheureusement au lendemain de son périple au village, les problèmes ne tardent pas à se présenter et même à se succéder. C’est ainsi, de futur directeur qu’il devait être selon les prédictions de Nato, il est tout simplement sans autre forme de procès licencier de son lieu de travail. Il ne se décourage pas pour autant mais fréquente encore sous les sages conseils de son ami d’autres marabouts. Cependant en vain ; c’est ainsi qu’il devient alcoolique, répudie son épouse et maltraite des deux enfants.

C’est dans ce désespoir apparent qu’intervient la toute jeune Sopi qui comme un rayon de soleil vient éclairer cette famille et y apporte la lumière  ou plutôt la solution qu’est Jésus-Christ. La conversion d’Atta et la mort soudaine de Nato « l’invincible » entrainent et provoquent la repentance de tout un village, qui désormais tourne le dos aux pratiques idolâtres et magiques à travers le brisement des canaris protecteurs, pour se consacrer à Jésus, le véritable  protecteur.  Le déclic produit dans ce film a été pareil dans la vie de nombreuses personnes qui ont assisté à cette campagne et qui se sont levées après l’appel qui a été lancé par le pasteur Kamta, Directeur de l’Education Chrétienne. Les nouveaux convertis ont eu à remplir des fiches de suivi et ont été orienté dans nos diverses paroisses où ils et elles seront suivis par nos bergers et encadrés dans les groupes d’études bibliques et de prières.


Esther Fotso

 
logo de l'EECDEC
L’EEC à l’heure du recentrage spirituel
Le 52è Synode Général de l’EEC à Mbanga en 2007 a marqué un tournant décisif dans la vie spirituelle de l’Eglise... Lire

 
Opération Jéricho Douala 2010
« Change ta vie, changeons la cité… »
Tel est le slogan de l’opération Jéricho qui aura lieu à Douala du 04 au 11 avril 2010


« Le peuple poussa des cris, et les scarificateurs sonnèrent  des trompettes…la muraille s’écroula ; le peuple monta dans la ville chacun devant soi. Ils s’emparèrent de la ville ». Ce verset 20 tiré du livre de Josué dans l’ancien testament en son chapitre 6, sur la prise de Jéricho, a inspiré et surtout  suscité la vision de l’opération Jéricho organisée par l’organisme chrétien international et interconfessionnel Campus pour Christ Cameroun. Opération qui en est à sa troisième édition, après Cotonou (Bénin) en 2006, Yaoundé en 2007. En effet, la raison fondamentale de cette offensive spirituelle est de mobiliser une armée de chrétiens pour proclamer l’évangile de Jésus-Christ dans la ville de Douala pendant une semaine en vue d’une transformation sociale réelle et durable, Douala, ville cosmopolite  se présente comme la porte d’entrée du Cameroun. Cependant, cette ville est aujourd’hui minée, rongée par la corruption, la prostitution, le Sida, l’homosexualité, l’avortement, l’occultisme, le grand banditisme, l’insécurité et l’exploitation des pauvres.
Face à ce constat des plus alarmants et alarmistes, Campus pour Christ Cameroun, (qui n’est pas une Eglise soit dit en passant), en tant que catalyseur a voulu réunir toutes les Eglises, Corps de Christ afin que faisant fi des barrières doctrinales qui divisent, que l’Eglise dans cette ville de Douala, se lève comme un seul homme pour faire tomber ces forteresses qui tiennent encore les nombreux habitants captifs et captives, car ne dit on pas que « l’union fait la force » ? Il est certes vrai que les Eglises ça et là organisent des campagnes d’évangélisation mais en organisant ensemble une grande croisade, on créera un plus grand impact.
Ainsi pour atteindre cet objectif, la stratégie à adopter  est la suivante :
-    la prière : initier dans l’Eglise un mouvement dynamique de prières ferventes pour couvrir tout le projet et cheminer vers un  réveil spirituel visible.
-    Evangélisation : mobiliser le corps de Christ en impliquant au moins 2000 chrétiens pour exposer au moins 1.500.000 personnes à Christ ; aider au moins 75.000 à être fondés dans leur foi ; former 38.000 pour témoigner leur foi ; défier 380 à s’engager dans la mission et aider l’Eglise locale à implanter au moins 30 paroisses annexes.
Pour que ce rêve devienne réalité, la phase préparatoire comprend : les conférences de vision, les chaînes de prières, les formations à l’évangélisation et  les nuits de prière et de louange.
La deuxième phase qui est la réalisation du projet en soi sera constituée des croisades, concerts publics, émissions dans les médias, distribution de littérature, actions vers les démunis, évangélisation porte à porte, dans la rue,  dans les campus, dans le monde des affaires, des entreprises, sorties dans les prisons, orphelinats, actions sportives évangéliques, projections de film et dîners évangéliques. La dernière phase  qui est le post projet ira d’avril à octobre 2010 et consistera à l’évaluation, suivi & rapports et la ratification des partenariats.

Esther FOTSO

 
Opération Jéricho Douala 2010
« Change ta vie, changeons la cité… »
Tel est le slogan de l’Opération Jéricho qui aura lieu à Douala du 04 au 11 avril 2010 Lire

 
<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 5 de 15