Jean-Us TCHINDA,
Vice-Président Laïc,
Coordinateur des Oeuvres

« Je sais ce j’ai à faire »

L'Appel : Le seigneur fait des merveilles, et le Seigneur a fait des merveilles pour vous ce soir. M. Tchinda, que dites-vous de tout ce qui se passe autour de vous en ce moment ?

Jean-Us Tchinda : Je rends grâce au Seigneur pour tout ce qui se passe. Jusqu’à présent, je n’y crois même pas. Mais je sais que les chemins de l’Eternel sont insondables. J’ai failli retirer ma candidature. EEC à un certain moment, le seigneur en moi me demandait de ne pas retirer ma candidature. Je suis allé aux élections. Maintenant, je suis émerveillé par le score que j’ai eu. EEC je rends grâce à Dieu tout simplement.

L'Appel : Vice-Président Laïc, c’est le poste, à mon humble avis, le plus difficile de l’Eglise. Est-ce que vous le savez ?

Jean-Us Tchinda : Je le sais parce que je connais le milieu dans lequel je viens de marquer mon entrée. Je suis né dans l’Eglise Evangélique du Cameroun. Je suis fils de catéchiste. J’ai étudié dans les écoles et collèges confessionnels de l’EEC, dont le collège Elie Allegret de Mbouo. Je connais la situation dans laquelle se trouvent les œuvres. Comme je l’ai dit tout à l’heure, l’expérience que j’ai eue à la Direction Générale des Douanes où j’ai beaucoup servi à la Sous Direction des Ressources Humaines et des Affaires Générales, j’ai fait des stages à l’extérieur sur le management des hommes et des choses. Donc je sais ce que j’ai à faire. Je sais que je dois apporter cette expérience là que j’ai eue dans la Douanes camerounaise et la mettre au service de l’Eglise, pour son rayonnement et pour la gloire de notre Seigneur Jésus Christ.

Propos recueillis par Catherine Modi Din