Enseignement secondaire de l'EEC
Eduquer, instruire dans la crainte de Dieu

I. BREVE HISTOIRE (1957 - 2007)
a) A l'autonomie :
Du Secrétariat des Ecoles du CEBEC à la Direction de l'Enseignement Secondaire
Général & Technique de l'EEC (DESGT/EEC). Au moment de l'autonomie de l'Eglise
en 1957, l'activité de formation scolaire en général et secondaire en particulier était
l'une des réussites de l'action missionnaire puisque nous héritions à ce moment de
six (6) établissements scolaires secondaires suivants:

Etablissements
Création
Ouverture
1
Collège d'Enseignement Technique Industriel (CETI) Ndoungué
1922
1950
2 Collège Elie Allégret Mbouo
1947
1964
3 Collège d'Enseignement Technique de l'Industrie de l'Habillement (CETIH) de Bangangté 1947
4 Cours Complémentaire de Bangangté,
devient Collège Evangélique Thomas Noutong en

1952
1961
5 Cours Complémentaire de Deido
devient Collège Alfred Saker en
1953
1960
1958
6 Collège Protestant de Ndoungué
1958
1963

Motivations :
Les motivations profondes que les missionnaires avaient pour la formation post-primaire étaient :
- Préparer les instituteurs pouvant servir dans nos Ecoles ;
- Préparer les ouvriers qualifiés travaillant avec l'esprit de chrétien engagé ;
- Relever le niveau en vue d'accéder à l'école de formation théologique.

b) Le CEBEC : Instrument de gestion post-missionnaire des oeuvres.
Puis, les missionnaires partant, conçoivent l'idée de regrouper les oeuvres appartenant
à l'EEC et à l'UEBC en un ensemble géré par une même structure appelée Conseil
des Eglises Baptistes & Evangélique du Cameroun (CEBEC).
A l'intérieur du CEBEC
apparaissent de microstructures comme le Secrétariat Médical et le Secrétariat
des Ecoles, superviseurs respectifs des oeuvres Médicales et des oeuvres Scolaires
des deux Eglises.Le Pasteur Thomas EKOLLO est Secrétaire des Ecoles, cumulativement avec ses fonctions de Directeur du Collège Alfred Saker et, plus tard, de Secrétaire à l'Education pour le CEBEC. C'est en 1966 que M. Max NSANGOU, de retour de la formation à l'étranger,
se voit confier l'ensemble des Ecoles Primaires du CEBEC pendant que le Pr. EKOLLO s'occupait de l'ensemble des Institutions scolaires secondaires. Jusqu'en 1989, date de mise en retraite du Pr. Thomas EKOLLO, Directeur de l'Enseignement Secondaire & Technique (EST), les établissements suivants ont été créés :

Thomas Ekollo
Père Spirituel de l'enseignement
Protestant de l'EEC



Etablissements
Ouverture
1 Collège Protestant eecué Mouiché de Foumban (CPJM)
1966
2 Collège Evangélique Penka Michel (CEPM)
1968
3 Collège Protestant de Bana
1971
4 Collège Evangélique Nkongsamba (CEN)
1979
5 Collège Evangélique de New-Bell (CENB)
1987
6 Collège Evangélique de Baleveng (CEBAL)
1989
7 Collège Evangélique de Bangoua (CEB)
1990
8 Collège Protestant Polyvalent de Ndoungué (CPPN)
1995

Dès Juillet 1989, M. eecué CHARRE, Assistant du Pr. EKOLLO et Chef de Service
Pédagogique de l'EST depuis 1977 le remplace comme 2ème Directeur de l'oeuvre

eecué Charre
DESGT/EEC
scolaire secondaire de l'EEC.Le souci de souligner la vocation à la fois générale et technique de l'offre de formation amènera l'Eglise à parler de l'Enseignement Secondaire Général et Technique (ESGT) et non plus de l'Enseignement Secondaire Technique (EST). Dès lors et jusqu'à présent, en dehors des dossiers en instance de création et en dépit des difficultés liées à la crise économique des années 90 et suivantes, les nouvelles institutions scolaires secondaires qui ont été créées sont :

Etablissements
Ouverture
1 Collège Evangélique de Batcham-Konti (CEBATCH) 1994
2 Collège Evangélique Bafang (CEBA)
1996
3 Collège Evangélique de Bafoussam (CEBAF)
1996
4 Collège Protestant de Foumbot (CPF)
2000
5 Collège Evangélique Bilingue de Mbouda (CEBIMBO)
2006

c) En récapitulatif :

La crise économique a obligé la fermeture de deux établissements :
CETIH de Bangangté et le Collège Protestant de Bana, obligé également au regroupement
de deux établissements en un seul : CETI et Collège Protestant de Ndoungué en Collège
Protestant Polyvalent de Ndoungué (CPPN). Aujourd'hui, nous disposons de 15
établissements d'enseignement secondaire qui sont : (voir tableau page suivante)

II. DEFIS & ENJEUX
Ils sont nombreux et de nature différente :
- Défis et enjeux de gestion : Il s'agit de développer chez les responsables une
culture de gestion d'entreprise qui tienne compte de la compétition, de l'obligation
des résultats, de l'autosuffisance de fonctionnement sans subvention d'où qu'elle vienne.
- Défis et enjeux de qualité d'enseignement : Il s'agit ici d'intégrer des démarches
pédagogiques pertinentes, des animations culturelles de choix, la promotion d'un
esprit critique ouvert à la science, à la démocratie et à la l'entreprenariat.
- Défis et enjeux missionnaires : Il s'agit pour nos Ecoles de se repositionner
dans leurs créneaux d'apport spécifique à l'Education nationale, un apport
essentiellement éthique et spirituel que nous enseigne l'Evangile relu par les Réformateurs.
C'est sur et au bout de l'ensemble de ces défis et autres enjeux à relever
que nous comptons, dans un proche avenir, provoquer la renaissance de nos Ecoles qui,
réconciliées avec sa vocation traditionnelle de l'excellence, deviendront de Nouvelles
Ecoles Protestantes (NECOP) à qui le Synode Général de notre Eglise à Edéa en 2005
a déjà confié en ces termes la mission : Former un citoyen à l'esprit critique, acteur du progrès,
dans la crainte du Dieu de Jésus-Christ. La réalisation de ce grand projet novateur de l
'enseignement scolaire de l'Eglise commencera bientôt (Novembre 2007) par l
es assises d'un Forum National de l'Enseignement/EEC, forum que le 51ème.
Synode Général de Mbanga a instruit.

 

eecué CHARRE
DESGT/EEC