Département Communication et Information

Evangéliser à travers les médias

Les émissions religieuses sont une émanation de la radiodiffusion naissante au Cameroun à l'aube de l'indépendance. Les auditeurs de la génération soixante savent que les émissions à Radio Douala s'achevaient à 22 heures par la " Pensée du soir ". Une méditation qui durait juste cinq minutes, mais très prisée. Elle garantissait, en guise de bonne nuit, la prière du soir dans les familles. Et puis, s'est ajouté le culte radiodiffusé à Noël. Le prédicateur venait avec toute son équipe pour le culte en direct. Progressivement, les choses se précisent avec le développement du téléphone. Les PTT installent une ligne permanente au Centenaire. Tous les dimanches matin, le culte était diffusé en direct depuis le Centenaire. Cette activité, le soir, était suivie par trente minutes d'informations religieuses. Ainsi est né le service des émissions religieuses pour le compte des Eglises Protestantes à Douala. Par ordre chronologique, les animateurs furent les pasteurs FARELLY, Conrad KOLLE et Paul MODI DIN, avec eux Monsieur Désiré KOUOH MAPPAH pour la traduction en langue Douala.

Dès 1970, le service prend une nouvelle tendance. Les Eglises Protestantes s'approprient de la production de leurs programmes tout en gardant la collaboration avec la Radiodiffusion Nationale. Le service, sous l'instigation du Pasteur Jean KOTTO, est placé sous l'autorité de la FEMEC, aujourd'hui CEPCA (Conseil des Eglises Protestantes du Cameroun). Néanmoins, l'EEC offre des locaux et procède à l'achat du matériel de première nécessité, à savoir bureaux, magnétophones... En 1982, le CEPCA prend le large, abandonnant, sans lendemain le Service Radio Douala.

L'Eglise Evangélique du Cameroun récupère la situation en créant " le Département Communication Information (DCI) " C'est depuis lors qu'elle s'occupe à donner un contenu et un visage à cette Communication " Information qui, malgré tout, est restée " protestante ". Le DCI est au service de toutes les Eglises Protestantes basées à Douala.
Equipe du DCI, de gauche à droite : Esther Fotso, Catherine Modi Din, Paulette Mbappe.
Le DCI a connu au cours des années 80, un développement fulgurant et inédit. En effet, les pasteurs Moïse LAMERE et Charles Emmanuel NJIKE ont su insuffler une dynamique au DCI en lui affectant un local et en nommant un directeur à sa tête, lLe pasteur André MOUSSANGA EPEE, puis Claire Yolande ESSOMBE et aujourd'hui Mme Catherine MODI DIN, la communication chrétienne sort des sentiers battus et acquiert ainsi ses lettres de noblesses.

En 1989, Le Service Radio du DCI dispose d'un studio d'enregistrement professionnel grâce à la WACC (Association Mondiale pour la Communication Chrétienne). L'EEC a un journal, " L'APPEL ". Le DCI, ensuite se lance à la formation en communication, dans la vulgarisation de l'usage des médias et dans la sensibilisation sur l'importance et l'utilité des médias en matière d'évangélisation. On estime à plus de deux cents correspondants régionaux formés pour l'animation de la communication/information dans les régions et dans les Eglises soeurs.

Les séminaires de formation ont lieu chaque année. Une trentaine de correspondants EEC et ceux des Eglises - soeurs du CEPCA se retrouvent au Centre Polyvalent de Formation de Mbouo pour une session. Pendant une semaine, ces envoyés sont initiés à la communication de surcroît, chrétienne. Les cours dispensés par des experts de haut niveau portent sur les différents styles journalistiques et toutes sortes de normes portant sur la communication. Les résultats, aujourd'hui sont palpables. Le volume des émissions radiophoniques pour le compte de l'EEC dépasse 15 heures sur l'ensemble du réseau, CRTV et Radio Privée compris. Le Journal " L'APPEL ", vitrine de notre Eglise, est international. Quarante ans de communication chrétienne, presque vingt de libéralisation du paysage médiatique au Cameroun. L'Eglise Evangélique du Cameroun a plusieurs bonnes raisons de tout mettre en oeuvre pour se permettre un site Internet, une station de radiodiffusion, une station de montage, de gravure CD et/ou DVD.


Délégués Régionaux lors d'un séminaire à Mbouo
Le traditionnel est dépassé, l'Eglise doit prendre le large, si elle voudrait être au rendez-vous de la nouvelle évangélisation. Celle d'apporter l'évangile jusqu'aux extrémités de la terre. Au troisième millénaire, la voix au temple ne suffit plus.

Catherine MODI DIN