Culte de consécration pastorale à Nlohé
« Nlohé, déclaré Centre d’évangélisation »
La promesse a  tenu le langage des fleurs. Il est là, majestueux, le Temple de Nlohè qui renaît des gravats de la bâtisse de 1930. Il est bien visible sur la route principale à quelques encablures de Nkongsamba.

Le chantier n’est pas achevé, au contraire, beaucoup d’efforts sont à fournir encore. Cependant, le Temple de Nlohè a  reçu une onction particulière le  30 mai 2010. Il s’agit de la clôture de la Semaine Nationale d’Evangélisation dans le Moungo Nord et aussi de la consécration pastorale de trois nouveaux ouvriers, dans la suite du 54è Synode Général de Foumbot  en mars dernier. L’occasion était solennelle. Les chrétiens sont venus de toutes les Régions Synodales, toutes les chorales de la Région, les ouvriers tant et si bien qu’il a manqué de chaises pour les faire tous asseoir Que dire de l’embouteillage monstre le long de la route, heureusement, on n’a déploré aucun accident ou incident.
De l’évènement on retiendra que sous les auspices du Président d’Eglise, les trois membres du Bureau, pasteurs, ont officié au cours de cette célébration avec l’appui du président de la Région Synodale du Moungo Nord, le Pasteur Moutanewo Samuel qui a conduit la liturgie. Le Pasteur Priso Moungolè Richard, Vice-président chargé des mouvements a prêché, tandis que le Rev. Dr  Jean Samuel Hendje Toya, Secrétaire Général a  présenté les trois futurs consacrés à savoir : Herman Achounmo Zébazé, Victor Aimé Manga et Matthieu Alain Delor.
Le Pasteur Batome Henga Isaac, Président d’Eglise a procédé à la consécration des ouvriers et a donné le mot de l’Eglise. C’était une cérémonie fort animée qui a connu la participation des cinq Ligues chorales de l’EEC et aussi d’autres chorales entre autre Eaux Vives du Centenaire et le Groupe d’Hommes du Cinquantenaire à Douala.

Vocation de l’EEC : témoigner de la vérité de Christ…
L’occasion a été donnée au peuple de Dieu de réapprendre à travers la prédication du Pasteur Priso Moungolè, « que  notre oui soit oui, que notre non soit non… » (Jacques 5 / 7-12). Une manière de rappeler à chaque chrétien ses engagements vis-à-vis du Seigneur de l’Eglise et de son Dieu. La conjoncture actuelle a révélé une fois de plus la vocation  de l’Eglise : évangéliser, témoigner Christ dans le monde pour la reformation, la transformation et l’harmonisation de la création. C’est le comportement et les agissements du chrétien qui incitent à la conversion. Aujourd’hui, l’Eglise Evangélique du Cameroun (EEC) a repris sa vocation première, celle de témoigner de la vérité de Christ sous les auspices de l’Esprit Saint. Il est donc inutile de tergiverser. C’est oui ou c’est non, pas les deux ; c’est être ou ne pas être, un point c’est tout !
Devant Dieu et les hommes, la main levée les consacrés ont accepté de la bouche du  Président d’Eglise de devenir « serviteur de Dieu » dans la vérité.
Quelques allocutions ont ponctué la cérémonie. La première intervention est celle de M. Paul Wougmo, élite de Nlohè et président de la commission des travaux. Il a fait l’historique de la Paroisse dont l’implantation a eu lieu en 1920. Quatre grandes dates font son histoire : 1922, c’est la construction du premier temple .En 1930, celle du deuxième temple en matériaux définitifs. Malheureusement, le 25 mars 2006, ce temple, vieux de soixante-dix ans, s’écroule. Le nouveau chantier est alors ouvert depuis le 25 mars 2006. C’est donc un temple national qui a abrité cette grande cérémonie, car toutes les Régions Synodales ont contribué à sa construction. Cette contribution financière qui a permis au comité de reconstruction de réaliser tous les travaux jusqu’au dallage. Un second exemple de solidarité nationale après Sangmélima en 2009.
Le  Président de Région, le Pasteur Moutanéwo Samuel, après avoir exprimé sa joie et sa reconnaissance à Dieu qui a permis le déplacement d’une telle foule à Nlohè a confirmé le caractère évangélique de la célébration. En effet, une consécration pastorale précédée d’une campagne d’évangélisation est un signe remarquable du temps. Le temps de Dieu. En tout cas, la graine est semée, l’Esprit-Saint va faire le reste. M. le Préfet du Moungo, Justin Mvondo, s’est arrimé à  la prédication du jour en  exhortant les nouveaux consacrés à tenir leurs engagements et d’assurer leur mission par les actes, c’est-à-dire s’exprimer par la qualité du témoignage spirituel et social. Ils doivent ressembler à Celui qui porte le poids du monde, Jésus-Christ. Quant au Président d’Eglise, il a déclaré « Nlohè, Centre d’Evangélisation ». Celui-ci a situé l’évènement de Nlohè, comme un tournant décisif pour l’EEC qui matérialise ainsi son concept de « décentralisation » de toutes ses activités spirituelles et pastorales. L’Eglise Evangélique du Cameroun est un vaste chantier où tout le monde, hommes et femmes, s’attèlent et s’emploient à sa construction.  Ce qui est  un acte de Foi.

Catherine Modi Din