Viens de paraître
« UNE VIE DE CATECHISTE »
C’est un roman historique, riche et très édifiant, écrit par Jean Us Tchinda,  actuel vice-président laïc de l’EEC.

Au-delà de l’évocation de la vie du catéchiste, nous avons voulu lever un pan de voile sur la tradition du peuple Nguiemboon, à travers les rites de deuil, la célébration du mariage coutumier et la fête des jumeaux. Le peuple Nguiemboon habite les hautes montagnes de l’Ouest Cameroun, en majorité dans le département des Bamboutos.(…) Comme tous les peuples bamiléké, les Nguiemboon ont beaucoup souffert pendant les tragiques évènements qui ont secoué le Cameroun autour des années 1960. Ce qui au départ n’était que revendication de l’indépendance de leur pays par les mouvements nationalistes va rapidement  se transformer en règlements de compte, vols, viols, tueries barbares et pillages scandaleux.
Pendant cette période, le Catéchiste Pierre Tané Meli (qui n’est autre que le père de l’auteur) va errer à travers la brousse avec sa petite famille, risquant plusieurs fois la mort. Parfois incompris des siens et même de ses paroissiens, persécuté par l’autorité administrative, il ne ratera cependant aucune occasion favorable ou non, pour faire passer le message de l’Evangile. A la fin de ces échauffourées, un tribunal pénal local fut mis en place à la chefferie Bangang pour juger les criminels de guerre. Pour avoir vécu ces évènements historiques, il nous a paru utile de les consigner par écrit, pour les générations présentes et futures. (…)
En rédigeant ce roman, nous pensons particulièrement à ceux qui s’intéressent à la culture, à la tradition en général, dans ses rapports avec la religion chrétienne.
Nous espérons que cet ouvrage sera utile aux jeunes nés dans les villes ou dans la diaspora, et ceux désireux de s’imprégner des us et coutumes de leur terre d’origine.

Ce roman riche et édifiant a été écrit par M. Jean Us Tchinda, Inspecteur principal des douanes de classe exceptionnelle et Ancien d’Eglise,  actuel vice président laïc de l’EEC. Fils d’ouvrier, il a dédicacé cet ouvrage à son père encore vivant et à sa feue mère, Mané Nguemfouo Marie.
La préface a été écrite par le généalogiste Marcel Essi Mba’alé.