Forum Oeuvre Médicale
Quelle œuvre de santé pour l’EEC aujourd’hui ?

C’est pour répondre  à cette question pour la moins pertinente que pendant trois jours, toute la crème de l’EEC s’est réunie en conclave dans le cadre pittoresque du Centre Polyvalent de Formation de Mbouo, du 24 au 26 juin 2009..

Réorienter la politique de la gestion globale de l’œuvre médicale de l’EEC à travers un diagnostic sans complaisance des maux qui minent ce « géant au pied d’argile » a été le but fondamental des travaux de ce forum après celui jadis effectué en 1998 et également après le travail abattu par l’équipe de l’évaluation générale de notre Eglise.


Photo de famille
En effet, l’œuvre médicale qui faisait jadis la fierté de l’EEC à travers ses hôpitaux de référence n’est plus que l’ombre d’elle-même ; rongée par des fléaux qui ont pour nom « une gestion floue et opaque, des conflits ouverts entre responsables, abus observés par-ci, par-là,  un recrutement anarchique du personnel et l’indiscipline caractérisée » comme le disait si bien le président de l’EEC, pasteur Batomé lors de l’installation des responsables de la direction de l’œuvre médicale en  février 2008.

Ce forum tant attendu  vient donc à point nommé car « ce géant au pied d’argile de notre Eglise demande à être, chaque jour qui passe, au centre de nos préoccupations. Malgré de nombreuses réflexions et décisions, notre œuvre médicale a toujours des insuffisances qui méritent d’être comblées. Nous avons au cours du Synode de Bafang prescrit tout comme pour l’œuvre scolaire, la tenue du forum de l’œuvre médicale qui va certainement nous aider à redéfinir sa nouvelle vision avec des objectifs spécifiques pour chaque centre et pour chaque hôpital ».

Cette déclaration du pasteur Batomé nous place au cœur des difficultés de gestion globale de cette œuvre et situe surtout l’importance de cette rencontre qui loin d’être une de plus, a été l’occasion idoine  pour les membres du Bureau, quelques membres élus de la Commission Exécutive, présidents de région et professionnels de la santé dans l’Eglise et dans le pays  de disséquer les problèmes dont souffrent cette structure et afin de lui redonner son  auréole d’antan, car elle occupe la seconde place comme meilleure structure sanitaire après les hôpitaux de l’Etat camerounais.
Le pasteur Jonas Kenmogne, président de la Région Synodale de la Mifi, lors du culte  d’ouverture, à travers le texte de Jean 2.13-17 portant sur les vendeurs chassés du temple évoquera la notion de remise de l’ordre, de l’harmonie dans l’œuvre médicale, « l’une des structures qui met les cailloux dans les chaussures de l’EEC ».


Dr Jean Marc Ngallè Mbonjo,
directeur de l'oeuvre médicale de l'EEC

Ceci afin qu’au lieu d’êtreune œuvre de contre témoignage, elle  soit une œuvre de témoignage chrétien ayant  un engagement social réel.Le Dr Jean Marc Ngallè Mbonjo, Directeur de l’œuvre médicale àsa suite, va présenter la physionomie de cette « vieille dame » qui s’étend sur trois régions administratives de notre pays (Ouest, Littoral et Grand Nord) et emploie 771 personnes pour une occupation de 1394 lits au 31 décembre 2008. Sa situation financière l’année dernière est estimée à 2.218.472.645 F CFA pour un taux de réalisation de 93% et un tableau d’endettement d’environ quatre milliards de F CFA. Les faiblesses de cette oeuvre viennent du fait qu’il y a très peu de mé decins spécialistes (3 sur 21), une absence de partenaires, de subventions ; les recettes ne provenant que de la vente des médicaments.Après les souhaits de bienvenue du Préfet du Koung Khi s’est fait représenté, il est revenu au Pasteur Batomé, de situer véritablement l’enjeu de ce forum car « nous croyons que l’œuvre médicale peut être compétitive et être même le lieu privilégié d’évangélisation ». Il a en outre défini le cahier des charges comme suit : l’aménagement des

Conseils d’administration, la recherche des sources de financement, la mise sur pied d’une politique d’implantation des centres de santé et hôpitaux, la bonne gestion de la Pharmaceec comme une entreprise, la mise sur pied d’un plan de recrutement des médecins, le recentrage spirituel, la diaconie et la participation à la vie de l’Eglise.
Selon lui, Dieu nous appelle à façonner un nouveau destin de l’œuvre médicale malgré les pesanteurs, un hôpital digne de ce nom à l’horizon 2020.

Audit – Conseil - Inspection


Les membres du bureau de l'Eglise ont participé au forum

Le premier exposé sur l’administration hospitalière va jeter le pavé dans la mare. En fait, M.Gilbert Hann, Directeur de l’hôpital St Jean de Malte à Njombè va partager son expérience en matière de gestion d’une structure hospitalière  confessionnelle. La gestion n’est pas aisée car c’est une gestion spécifique. Il faut en principe tenir compte de la culture médicale, paramédicale et administrative. En permanence, avoir le plan  Audit - Conseil- Inspection.
Il est nécessaire que les directeurs des hôpitaux soient non des médecins mais des hommes formés en gestion hospitalière ayant un profil de carrière d’un certain niveau.
Le Conseiller technique, le Dr Gérard Van Noor’t, ancien médecin chef de l’hôpital protestant de Ndounguè quant à lui s’est penché sur le volet coopération, partenariat depuis les années 60. Si jadis, il y avait une pléthore de partenaires, aujourd’hui il est tout simplement dommage qu’ils aient claqué la porte. Que faire faire donc pour avoir davantage de partenaires et par là de subventions ?
Concernant la réglementation en vigueur au Cameroun, le représentant de l’ordre national des pharmaciens en la personne du Dr Ernest Djoko, a parlé de la place de choix du médicament dans les hôpitaux (car c’est le médicament qui enrichit l’hôpital) et aussi de la place du pharmacien dans le système de santé.
Pour sa part, le Dr Hilaire Focka Focka de l’Ordre national des médecins s’est appesanti sur le danger que représente le fait pour certains  médecins d’exercer sans être inscrit à l’ordre. Il a d’ailleurs parlé de la principale innovation qui est celle d’un nouveau caducée avec un numéro d’attribution à chaque médecin et la mise sur pied d’une licence professionnelle d’ici 2010.

En matière d’assurance maladie, Activa Assurance entend conclure un partenariat avec l’EEC.
Le plat de résistance a été les travaux en atelier sur les sujets suivants :
-    gestion managériale, gestion des ressources humaines et satisfaction clients
-    gestion des médicaments et des consommables
-    gestion financière et matérielle
-    aumônerie, affaires juridiques et charte de l’œuvre médicale
-    vision de l’œuvre médicale de l’EEC à l’horizon 2020.

« La recréation est terminée »


Travaux en atelier

Les travaux en atelier se sont déroulés dans une atmosphère très détendue mais parfois quelque peu conflictuelle à cause  du choc des idées, les participants ont sans ambages passé au peigne fin tous les maux dont souffre l’œuvre médicale œuvre.Les membres du Bureau  à leur niveau ont réitéré  leur volonté politique de voir changer l’Eglise dans toutes ses composantes. C’est ainsi que le Dr Théodore Nsangou, trésorier général dira que « le diagnostic est posé et un bon diagnostic constitue 50% de la guérison. Chaque fois qu’on parle ce n’est pas pour juger mais nous voulons bâtir l’Eglise des 50 prochaines années. Nous ne sommes pas là pour une chasse aux sorcières mais  dans une démarche de moderniser cette Eglise y compris l’œuvre médicale. Nous voulons le faire de manière progressive, méthodique et contrôlée. Nous sommes à une phase pédagogique et le discours de Yabassi doit être pris au sérieux  car la recréation est terminée ».
A l’issue de ce forum, M. Jean Us Tchinda, vice président laïc, Coordinateur National des oeuvres précisera que  «  l’heure est désormais à l’action, à la mise en application  immédiate des résolutions prises à ce forum auprès des collaborateurs pour la relance de l’œuvre médicale dans la crainte de Dieu ».
Ce que nous appelons de tous nos vœux !

Esther Fotso

Documents du forum

Photos