Première conférence des partenaires
l’EEC sur le chemin de l’Eglise nouvelle

Du 30 juin au 04 juillet 2008 a eu lieu au Foyer du marin sis à Douala, la toute première conférence des partenaires dans le cadre de l’Evaluation Générale de l’Eglise Evangélique du Cameroun (EEC).
Cette rencontre unique en son genre a réuni le Bureau politique de l’Evaluation, les membres de la Commission Exécutive, les experts des cabinets d’audit AGESFO, GITECH et quelques invités.


Pasteur Djiokou, secrétaire exécutif de la MEU (au centre)
en séance de travail avec le Bureau de l'Eglise


Pour ce qui est des partenaires, il y avait le pasteur Sadrack Djiokou, Secrétaire Exécutif de la MEU pour la région Afrique et responsable du suivi de ce projet à l’échelle internationale, le pasteur Philippe Girardet, responsable des Projets à la Cevaa, le Pasteur Matthias Elsermann et le Dr Ulrich Moller de l’Eglise Evangélique de Westphalie en Allemagne et le pasteur Rainer Grueber, président du Comité de partenariat entre la région synodale de Soest en Allemagne et la région synodale du Grand Nord de l’EEC.

L’Eglise Presbytérienne du Rwanda et l’Eglise Evangélique du Congo n’ont pas pu honorer de leur présence cette conférence.
Après l’atelier de restitution de décembre 2007 à Mbouo, où les cabinets d’audit et l’équipe technique ont procédé à un diagnostic sans complaisance de l’état de notre Eglise sur tous les plans, un plan d’action 2008 a été adopté. Il était donc question pendant ces travaux de :
  • leur présenter les grands choix opérés par l’EEC
  • Recueillir leur point de vue
  • Et arrêter les actions à mettre en œuvre dans le futur.
Quand on sait que ce processus de réforme de 2006 à 2009 tient à faire le bilan des 50 ans passés, évaluer le chemin parcouru, relever les forces et les faiblesses et poser des jalons pour un avenir radieux.
C’est ainsi que cette conférence a commencé par des réunions à huis clos entre le bureau politique de l’Evaluation générale et les partenaires. Ensuite des visites effectuées dans les œuvres de témoignage chrétien.


Photos de famille au Collège Alfed Saker

Un premier groupe s’est rendu au Collège Alfred Saker, une œuvre scolaire qui fait la fierté, la paroisse de Bonamoudourou, l’une des plus vieilles et historiques paroisses de la ville. A 100 m de là, se trouve Bonangando, site historique, premier lieu qu’avait foulé le missionnaire Alfred Saker en 1845.
Un autre groupe s’est déployé au Foyer des femmes à Njo Njo où les dames de l’Union des Femmes Chrétiennes leur ont réservé un accueil des plus chaleureux. Elles on fait part de nombreux projets réalisés grâce à l’apport considérable des partenaires dans la lutte contre le VIH/SIDA entre autres.


Photos de famille au Collège Evangélique de New Bell


L’arrêt au Collège Evangélique de New Bell n’était pas moins intéressant car cet établissement a la particulièrement dans la ville de Douala d’offrir une éducation de choix et une pédagogie adaptée pour les malvoyants.

Au cours de la cérémonie d’ouverture de cette conférence, le pasteur Jacques Bogo Kwette, président de la région synodale du Wouri s’inspirant du texte de Matthieu 25.1- 13 sur la parabole des dix vierges a invité son auditoire à avoir de l’huile dans sa lampe, en attendant le retour de l’époux, Jésus-Christ. Pour lui, l’Evaluation générale vient tracer la destinée nouvelle de l’EEC.

Dans son mot de bienvenue, le président d’Eglise, pasteur Isaac Batomé, appelle tant les partenaires que l’EEC toute entière à être Eglise ensemble. « Améliorer notre qualité de travail, marquer davantage la présence de l’Eglise dans la société, faire partager ses visions constituent pour nous des atouts qui nous engagent à prendre des décisions courageuses pour renforcer nos précieux acquis et déterminer davantage nos actions sur le terrain » a-t-il déclaré.

Le coordinateur de l’équipe technique, Elie Leuwé a présenté les grands choix opérés par l’EEC dont les éléments essentiels reposent sur la transparence dans la gestion financière et le souci pour l’Eglise de s’auto développer, s’autofinancer pour mieux être.
Les participants se sont repartis en trois groupes pour des travaux en ateliers sur ces sujets :
  1. la vision missionnaire de l’EEC, sa carte d’identité spirituelle, son ecclésiologie et sa ligne éditoriale
  2. la nouvelle configuration de l’Eglise
  3. les stratégies pour une meilleure gestion financière


Pasteur Phillippe Girardet, responsable des projets à la Cevaa,
a assité à la conférence
La plénière a convaincu même les plus sceptiques que l’EEC est désormais sur le chemin de l’Eglise nouvelle. Les avis des uns et des autres ont permis de comprendre que 50 ans après nous voulons et devons changer. A cet effet, il a été proposé à l’assistance un organigramme fonctionnel qui sépare clairement l’exécutif du législatif et permet de mener une gestion par objectif avec obligation des résultats

Il reste toute fois à rédiger des textes fondamentaux qui définiront précisément les rôles et fonctions. Ce qui sera fait par une équipe idoine d’s le mois de septembre et tout ce travail sera présenté au peuple de Dieu lors du 53ème Synode Général de Yabassi en 2009.
Les partenaires se sont dits plus que satisfaits par cette volonté dorénavant manifeste de la part des dirigeants de l’Eglise de suivre le chemin de la modernité pour une Eglise nouvelle, solidaire et dynamique comme le stipule si bien le slogan de cette Evaluation Générale.


Photo de famille au Foyer du Marin
Esther Fotso